Ours noir

Kananaskis Country ou les Rocheuses sans personne

Le Kananaskis Country se trouve au pied des Rocheuses. Cette région est souvent délaissée par les touristes au profit des parcs nationaux de Banff et de Jasper. Elle est protégée par de nombreux parcs provinciaux et réserves. Autrement dit, ça sentait bon le détour qui nous permettrait d’apercevoir des animaux dans des paysages sauvages,

À peine après avoir quitté la Transcanadian Highway, on a été arrêté par des chèvres des Rocheuses qui se baladaient sur la route.

Mouflons d'Amérique sur la route

C’est en quittant la route pour un chemin en gravier qu’on a eu les plus beaux paysages. On a même trempé les pieds au Spray Lakes Reservoir, qui a servi de décor au film Brokeback Mountain .

Notre Van Paquito au Kananaskis
Kananaskis country
Kananaskis country
Spray Lake
Chien de prairie
Kananaskis country

Et au détour d’une route, on a vu notre premier ours ! C’était tellement beau de le voir et en même temps tellement stressant de le voir s’approcher de plus en plus… Après une ultime photo, on s’est dépêché de rallumer le moteur pour mettre un peu de distance entre nous 😉

Ours noir
Ours noir

Prochain arrêt : le Parc national de Banff et ses lacs turquoises!

Dinosaur Park

Dinosaur Provincial Park: un air de Dakota au Canada

En nous approchant des Rocheuses, on a entendu parler du Dinosaur Provincial Park, dans les Badlands. On s’est un peu renseigné sur ce parc on a appris que les Badlands désignaient des paysages de ruine façonnés par le ruissellement de l’eau. Et celles du Canada renfermaient de nombreux fossiles de dinosaures. Ca sonnait hyper bien et tout nous donnait envie de faire le détour. On a bien fait, le spectacle était incroyable : paysages désertiques, cactus, scorpions et crotales. Il y avait même des Hoodoos, ces roches qui (selon la légende des Blackfoot and Cree) sont des géants pétrifiés s’animant la nuit pour protéger leur terre en lançant des pierres sur d’éventuels intrus. Pas vraiment ce qu’on pensait voir au Canada… Et comme une image vaut mille mots, on vous en laisse plein 😉 

Dinosaur Park
Dinosaur Park
Cactus à Dinosaur Park
DInosaur Park
Dinosaur Park

Rencontre au détour d’un chemin: un crotale (normal au Canada…) :

Serpent dans DInosaur Park

Quand la tempête s’abat sur nous… Ca fait des jolies photos prises depuis l’intérieur de notre van, bien à l’abri 😉

Orage sur DInosaur Park
Orage sur Dinosaur Park
Cactus dans les Badlands
Dinosaur Park
Hoodoos près de Drumheller
DInosaur Park
Dinosaur Park
Dinosaur Park
Dinosaur Park
Sur la route de Drumheller

On avait vraiment l’impression d’être sur une autre planète et cette petite pause inattendue hors des sapins et des lacs qui nous entourent depuis un mois était bienvenue 🙂 On a juste trouvé dommage qu’il n’y ait pas de trail proposé, juste un circuit en voiture avec des arrêts et des chemins de 500m à pied. 

Et maintenant, direction les Rocheuses!

En direction de Cypress Hills dans le Saskatchewan

De l’Ontario à l’Alberta : 3000 kilomètres de forêts et de prairies ?

« Le centre du Canada, c’est long, plat et monotone ». On a lu et entendu cette phrase tellement souvent qu’on avait hâte d’aller vérifier par nous-même. Franchement, personne ne nous avait menti 😉 Malgré tout,  si on ne pense pas au MILLION de moustiques qui nous ont piqué et qu’on a tué, on a quand même vu des belles choses. On vous fait un petit résumé !

Prairies du Saskatchewan

Le long du Lac Supérieur, Ontario

Après l’Ile de Manitoulin, on a longé le Lac Supérieur, le plus grand lac d’eau douce au monde (82 350 km² quand même). C’était fou de voir un lac dont on ne voit pas l’autre bout!

Le Lac Supérieur

Le long de la route, il fallait qu’on s’arrête à Wawa pour voir la plus grande statue d’oie du monde. C’est pas fou, mais c’était dans le top des choses à faire dans la région selon le Lonely Planet. Peut-être une preuve qu’il n’y a pas grand chose à part de la chasse et de la pêche 😉 C’était aussi l’occasion de sortir nos chaises de camping pour profiter de la chaleur et des plages le long du lac. On ne savait pas encore qu’on serait ensuite obligé de manger à l’intérieur à cause des MILLIARDS de moustiques qui prolifèrent!

Oie géante de Wawa
Souper sur les bords du lac Supérieur
Café au bord du Lac Supérieur
Coucher de soleil au bord du lac Supérieur

Pukaskwa National Park, Ontario

Pukaskwa National Park
Pukaskwa National Park
Pukaskwa National Park

Ouimet Canyon, Ontario

Ouimet Canyon
Ouimet Canyon
Cypress Hills Provincial Park

Cypress Hills Provincial Park, Saskatchewan

En direction de Cypress Hills dans le Saskatchewan
Cypress Hills Provincial Park
Cypress Hills Provincial Park
Cypress Hills Provincial Park

C’était vraiment intéressant de faire la traversée du Canada d’Est en Ouest. Même si c’est effectivement (vraiment) monotone, on a aimé pouvoir nous rendre compte de la taille et des distances de ce pays, Si en Suisse il faut 7 heures maximum pour aller d’un côté à l’autre, il nous aura fallu une trentaine d’heures de route pour rejoindre l’Ile de Manitoulin à l’Alberta! 

Prochain arrêt: Le Dinosaur Provincial Park!

Indian Head Cove dans le parc national de la Péninsule de Bruce

La Péninsule de Bruce: Quand le Canada ressemble à la Grèce

En réfléchissant aux différents itinéraires pour traverser le Canada, la route qui traversait la Péninsule de Bruce nous a tout de suite attirée. Ce sont ses eaux turquoises et ses airs de côte grecque qui rendent cet endroit si unique et qui attirent chaque année des milliers de visiteurs. Nous avons donc passé 2-3 jours au bord du lac Huron afin d’explorer les différents secteurs de ce parc national. Et sans le savoir, on a évité de justesse les hordes de touristes qui prennent les plages et les rochers d’assaut dès le début de l’été 😉 On vous laisses quelques photos.

Eaux de la Péninsule de Bruce
Parc national de la Péninsule de Bruce
Dead End sur la Péninsule de Bruce
Eaux transparentes de la Péninsule de Bruce
Dyer's Bay sur la Péninsule de Bruce
Big Bay sur la Péninsule de Bruce
Indian Head Cove dans le parc national de la Péninsule de Bruce
Parc national de la péninsule de Bruce

Et ensuite, on met les voiles vers l’Ouest, en traversant des provinces canadiennes vingt fois plus grandes que la Suisse!

Terrain de basket à Toronto

Deux jours dans la ville cosmopolite de Toronto

Avant de nous lancer dans la grande traversée des forêts et des prairies solitaires du centre canadien, on avait bien envie de nous immerger dans une grande ville. Ça tombait bien, Toronto et ses 2,8 millions d’habitants (11 millions si on compte l’agglomération) étaient sur notre route. Et après 3 heures de bouchon pour parvenir au centre (c’est normal paraît-il), on a enfourché nos vélos pour découvrir différents quartiers de l’une des villes les plus cosmopolites du monde durant deux jours. En effet, 49% des résidents sont nés en dehors du Canada.

Terrain de basket à Toronto
Kensington Market

Notre premier arrêt a été Kensington. Ce quartier populaire est surtout connu pour son marché à ciel ouvert, rempli de petits restaurants aux odeurs épicées du monde entier, d’épiceries aux mille couleurs et de petites boutiques bobo.

Kensington Market à Toronto
Etal de graines à Kensington Market
Voiture dans Kensington Market

Chinatown

Une fois le ventre bien rempli, on a découvert les incroyables fresques de Graffity Alley, au sud de Kensington. Ce n’est pas très représentatif du quartier chinois, mais c’était quand même vachement beau 😉

Street art à Toronto
Street art à Toronto
Street art à Toronto
Street art à Toronto
Street art à Toronto

Financial District

Financial District est le quartier du centre de Toronto. Ici, la plupart des maisons sont des gratte-ciel, les panneaux publicitaires font 12 mètres de haut et des centaines de passants traversent la route en même temps avec leur café Americano à la main. On se sentait vraiment tout petit dans cette agitation avec nos vélos !

On avait bien envie de prendre de la hauteur pour observer la ville d’en haut. La mondialement connue CN Tower semblait être le point de vue idéal jusqu’à qu’on regarde le prix : 38 DOLLARS par personne !!! C’était exclu qu’on paie autant pour monter dans un ascenseur, mais on allait quand même pas renoncer… En faisant quelques recherches, on est tombé sur le restaurant The One Eighty ( 55 Bloor Street West). Il se trouve au 51ème étage du Manulife Center et offre un panorama sur toute la ville. Alors d’accord, le café coûte 4.25$, mais c’est toujours moins cher qu’un billet à la CN Tower. Et comme le restaurant était encore fermé quand on est arrivé, on a même pas du consommer quelque chose #astucedepauvre 😉

Vue de Toronto depuis le 52ème étage
Gratte-ciel de Toronto
Camion de glaces à Toronto
Buildings de Toronto
Old Town

À Old Town, on avait surtout envie de voir deux choses. Le St-Lawrence Market. Ce marché regorge de produits locaux, de cafés, de boucheries et de fromageries. On avait envie de tout goûter, mais on s’est surtout contenté de prendre des photos (on est quand même reparti avec un pot de moutarde artisanale et des légumes). Juste à côté du marché se trouve le Gooderham Building. Construit en 1889, ce mini gratte-ciel hyper esthétique offre une belle perspective sur le quartier de Financial District.

Etals de fruit au Saint-Lawrence Market
Saint-Lawrence Market à Toronto
Gooderham building à Toronto

Distillery District

Le Distillery District, se trouve juste à côté de St. Lawrence Market. Ce petit quartier piéton est composé d’anciens entrepôts de la distillerie Gooderham&Worts. Aujourd’hui, on y trouve surtout des restaurants et des boutiques aux prix peu abordables. Malgré tout, il y a aussi des distillateurs de saké et des brasseries artisanales, du coup a profité de goûter quelques bières.

Quartier de The Distillery à Toronto
Toronto Islands Park

Le second jour, on a pris le ferry avec nos vélos pour pédaler sur les différentes îles de Toronto Islands Park (7$ aller/retour par personne). Ce parc offre un havre de paix et de calme à 20 minutes en bateau de la ville. D’un côté, on peut apercevoir le lac Ontario et de l’autre, la skyline de Toronto.

Skyline de Toronto
Panneau à Toronto
Chaises devant la skyline de Toronto

t On a vraiment apprécié les ambiances très différentes de chaque quartier et on aurait pu y rester encore plusieurs jours! Et même si la conduite en vélo était parfois compliquée, c’était très sympa de pouvoir visiter Toronto sans prendre de transport en communs. Et après cette ultime immersion urbaine, on se réjouissait vraiment de nous diriger vers les grands espaces canadiens!

Lac gelés vus depuis le sommet de l'Acropole des Draveurs (Parc national des Hautes-Gorges)

Un petit tour du Québec

Après avoir emménagé notre van, il est enfin temps pour nous de prendre la route. Mais avant de traverser le Canada d’est en ouest, on ne pouvait pas quitter le Québec sans visiter un bout de la Belle Province. Voici quelques lignes et photos de ce (trop petit) tour.

Carte de notre tour du Québec

Québec

Après une semaine à Montréal, le premier arrêt prévu sur notre route était la ville de Québec et son magnifique château Frontenac (qui est en fait un hôtel depuis sa construction en 1892). En repensant à toutes les chansons des Cowboys Fringants qui évoquent cette ville, on a visité le joli (mais très touristique) quartier du Petit Champlain, le château Frontenac et ses terrasses Dufferin,  les plaines d’Abraham, le marché du Vieux Port et les cafés de la rue Saint-Jean. On a trouvé l’ambiance de Québec extrêmement différente de celle de Montréal. Sa taille plus modérée et son centre historique rempli de cafés et de boutiques nous rappelaient certains centre-villes français. Alors pour nous rappeler qu’on était bien au Québec, on a goûté à la fameuse poutine. Et franchement, on se réjouit déjà du prochain jour où il fera frais pour en remanger 😉

Terrasses devant le château Frontenac à Québec
Parapluie au-dessus d'une rue dans le petit Champlin à Québec
Le Château de Frontenac à Québec
Quartier du Petit-Champlain à Québec
Poutines généreuses à Québec

Chute Montmorency

Quelques kilomètres après Québec, on a fait un petit arrêt à la chute Montmorency, haute de 84 mètres. Avec la fonte des neiges, le débit était impressionnant. Et pour mieux l’observer, on a descendu les 487 marches qui mènent au pied de la chute,

Chutes de Montmorency
Arc-en-ciel créé par la chute de Montmorency

Baie des rochers

On a ensuite mis le cap sur le fjord du Saguenay, en passant par les routes côtières 362 et 138. On a donc quitté l’autoroute pour traverser les paysages magnifiques de Charlevoix et des jolis petits villages le long du Saint-Laurent. C’est au détour de l’une de ces routes que l’on a trouvé la Baie des rochers, cachée au fond d’un cul-de-sac. Un endroit idéal pour y passer la soirée et la nuit. L’occasion aussi de tester notre barbecue 🙂 

Baie des Rochers
Grillades avec notre petit BBQ!

Le Parc national des Hautes gorges de la rivière Malbaie

Notre arrivée dans la région concordait avec l’ouverture du Parc national des Hautes gorges de la rivière Malbaie. On a donc entrepris la marche de l’Acropole des dravers: 10 kilomètres de long et 800 mètres de dénivelé pour une vue à couper le souffle. Et on a même eu la chance de croiser la route d’une gélinotte huppée.

Paysage dans le parc national des Hautes-Gorges de la Malbaie
Lac du pic chevelu
Vue depuis le sentier de l'Acropole des Draveurs dans le parc national des Hautes-Gorges de la Malbaie
Gélinotte huppée dans le parc national des Hautes-Gorges de la Malbaie
Lac gelés vus depuis le sommet de l'Acropole des Draveurs (Parc national des Hautes-Gorges)
Vue depuis l'Acropole des Draveurs dans le parc national des Haute-Gorges de la Malbaie
Tadoussac

Tadoussac, c’est LA capitale de l’observation de baleines. Chaque année, baleines à bosse, baleines bleues et cachalots remontent le Saint-Laurent jusqu’à l’embrasure du fjord du Saguenay. À notre plus grand malheur, on était encore un peu trop tôt dans la saison pour espérer en voir… Malgré tout, on a observé le fleuve sans relâche depuis les rives, dans l’espoir d’y voir des bélugas qui y vivent à l’année. Et ça a payé! En plus d’avoir des paysages de fou, on a aperçu deux groupes! Ils étaient loin, mais c’était déjà dingue de se dire qu’on pouvait en voir depuis la terre ferme! Et ça nous a permis de trouver un endroit plutôt pas mal pour passer la nuit en haut des dunes de Tadoussac 🙂

Le fleuve St-Laurent près de Tadoussac
Beluga dans le fleuve St-Laurent
Paquito sur les dunes près de Tadoussac
Dunes près de Tadoussac

Fjord du Saguenay

Après avoir suivi les rives du Saint-Laurent, on est ensuite monté au Lac Saint-Jean par le Fjord du Saguenay. Le printemps commençait seulement à pointer le bout de son nez et on a pu tester l’isolation du van. Température extérieure au réveil: 2°. Température intérieure au réveil: 10°. Heureusement, les journées étaient bien plus chaudes et on a testé une crème molle (comprenez par là une glac à l’italienne ^^) au beurre d’érable, avant de monter au point de vue de Sainte-Rose du Nord.

Crème molle fourrée au beurre d'érable
Crème molle fourrée au beurre d'érable
Fjord du Saguenay

Lac Saint-Jean

Après avoir suivi le fjord du Saguenay, on est finalement arrivé au Lac Saint-Jean. Le coucher de soleil sur ce lac immense était juste à couper le souffle.

Coucher de soleil sur le lac St-Jean
Bateau sur le lac St-Jean

La 155 Nord

On est finalement redescendu par la 155 Nord. Une magnifique route qui traverse lacs et forêts intactes. Pour la première fois depuis notre départ, on commençait vraiment à voir l’ampleur des grandes forêts canadiennes et des longues routes droites qui les traversent. La nature y était magnifique, surtout au coucher du soleil. 

Pissenlits
Toiles d'araignées sur les pissenlit au coucher du soleil

On espère vous avoir fait un peu voyagé et vous avoir donné envie de découvrir cette province. Nous, on a adoré et on aimerait bien y revenir en automne pour y voir toutes les nuances d’orange et de rouge dans la nature et pour découvrir la Gaspésie 🙂 

On se retrouve bientôt pour découvrir l’Ontario!

Oies des neiges volant en groupe

À la rencontre des oies des neiges

Imaginez un voyage de 4’ooo kilomètres de l’est des Etats-Unis jusqu’à l’extrême arctique canadien. C’est le long périple qu’effectuent chaque année près d’un million d’oies des neiges. Et durant près d’un mois, elles font escale sur les rives du Saint-Laurent afin de reprendre des forces. En 2018, leur départ a été retardé par un hiver long et rude. Heureusement pour nous, puisqu’on a eu la chance d’en observer plusieurs centaines en longeant le fleuve.

Oies des neiges sur le fleuve St-Laurent
Oies des neiges volant en groupe

C’est en lisant le Routard qu’on a entendu parlé pour la première fois des oies des neiges. Il semblait qu’on arrive un peu tard pour apercevoir les grandes colonies. Malgré tout, on restait attentifs en espérant voir quelques retardataire fendant le ciel en formation de V. Et un soir, alors qu’on trouvait justement un endroit où poser notre van à Portneuf, elles étaient là: des centaines de tâches blanches juste devant nous! En même temps que le grill chauffait et que le soleil s’approchait de l’horizon, on a observé le ballet majestueux de ces oies dans le ciel. On retombait en enfance en repensant au film l’Envolée sauvage et en rêvant de partir avec elles en ULM (ceux qui ont vu le film comprendront 😉 )

Grand groupe d'oies des neiges qui volent
Grand groupe d'oies des neiges

Depuis le mois de mars, elles ont quitté la côte atlantique des Etats-Unis où elles passaient l’hiver dans les baies marines, les marais et les prairies. Elles rejoindront ensuite la toundra nord-canadienne pour s’y reproduire et y passer l’été. En vol, les oies des neiges se déplacent à 55km/h. Elles peuvent voler jusqu’à mille kilomètres sans interruption. Et quand elles ne volent pas, elles peuvent parcourir plus de 30 kilomètres par jour à pied.

Oies des neiges dans le fleuve St-Laurent
Oies des neiges volant en groupe
Oies des neiges volant en groupe

On espère que ces quelques images vous ont fait un peu voyager et on se réjouit de vous en dire plus sur notre tour du Québec!

Paquito depuis l'extérieur

Paquito : Notre nouvelle maison sur roues

Après des semaines de recherche sans succès, on l’a trouvé : le van de nos rêves ! Tout juste arrivés à Montréal, on écumait les sites de vente quand l’annonce pour un Dodge Ram de 1994 est apparue. C’était un van ni trop petit ni trop grand, tout équipé, sans trop de kilomètres et dans nos prix. Le lendemain, on louait une voiture pour aller le voir à Québec.  Dès qu’on la vu, on savait que c’était celui-là qu’on voulait et on est reparti directement avec. Après avoir acheté tout le matériel dont on avait besoin, on vous présente enfin Paquito!

Paquito depuis l'extérieur
Arrière de Paquito avec la cuisine et la banquette

La salle à manger

À l’arrière du van, deux banquettes et une table nous permettent d’avoir un endroit à l’intérieur où nous asseoir et manger. La banquette arrière possède des ceintures de sécurité. On peut donc accueillir deux personnes de plus. Et le plus chouette, c’est que la table se baisse pour créer un deuxième lit! 

À gauche derrière le rideau, les toilettes qui étaient là à la base ont été enlevées afin de créer un espace de rangement en plus. C’est là qu’on y met nos chaises et notre table de camping, ainsi que nos deux vélos, gentiment offerts par Gabrielle, qui nous avait fait découvrir Montréal.

Arrière de Paquito avec la banquette et les rangements

La cuisine

La cuisine est hyper bien équipée et pas beaucoup plus petite que celle de notre ancien appartement 😉 La cuisinière fonctionne au gaz et possède trois plaques. Il y a même une hotte si jamais on avait tout à coup très envie de bacon ou de poisson. On a de l’eau courante, un frigo et même un mini congélateur.

Cuisine de Paquito avec frigo, évier et cuisinière

La Chambre

Notre lit est au-dessus de la cuisine et des sièges avant. L’ancien propriétaire a remplacé les matelas de base par des matelas à mémoire de forme créés sur mesure. Le lit est sur des planches qu’il faut tirer le soir et remettre le matin. Cela permet d’être debout durant la journée.

Paquito avec le lit rangé pour la journée
Paquito avec le lit fait

La cerise sur le gâteau, c’est qu’il est équipé d’un panneau solaire. On est donc (presque) complètement indépendants! Et la chantilly sur la cerise, c’est son habillage de Pacman! Il attire l’attention (on espère que cela nous évitera des accidents ou des vols 😉 ) et facilite les rencontres. 

 Maintenant que les présentations sont faites et qu’on a pris la route, on se réjouit de vous montrer les endroits qu’on a visité !

Skyline de Montréal vue depuis le parc de Mont-Royal

Une semaine à Montréal

Après un déménagement, de nombreux au revoir, beaucoup d’émotion, quelques larmes, 18 heures de vol, une escale à Keflavik et un interrogatoire interminable permettant d’obtenir le visa canadien, on est enfin à Montréal, première étape de notre long périple. Grâce à Charles, digne représentant de la gentillesse québécoise, nous posons nos valises dans son appartement (un condo, comme ils disent) pendant une semaine. L’occasion pour nous de visiter Montréal entre deux recherches de van.

Après un hiver long et rude, le printemps est arrivé en même temps que nous au Canada. On en profite donc pour nous balader dans les rues de Mile-End, bordées des jolies maisons typiques à Montréal.

Maisons dans le quartier de Mile-End à Montréal
Maisons dans le quartier de Mile-End à Montréal
Balcons dans le quartier de Petite Italie à Montréal
Escaliers dans une des rues de Mile-End à Montréal
Dans un bar de Mile-End à Montréal

À Montréal, le street art fait partie intégrante du paysage. Certaines œuvres sont cachées au détour d’une ruelle, d’autres sont beaucoup plus visibles. Toutes sont aussi grandes que majestueuses. En voici quelques-unes capturées sur le plateau de Mont-Royal, dans le vieux Montréal et au Village.

Street art dans le quartier du Plateau Mont-Royal à Montréal
Street art à côté du centre Bell de Montréal
Street art dans le quartier du Village à Montréal

La Basilique Notre-Dame est à Montréal ce que la cathédrale de Notre-Dame est à Paris. L’entrée coûte 6$ par personne, mais l’intérieur vaut vraiment la peine. Et c’est quand même là que se sont mariés Céline Dion et René 😉 

Centre de la Basilique Notre-Dame de Montréal
Les vitraux de la Basilique Sainte-Anne

Le Village est le quartier gai de Montréal. Il est surtout connu pour la rue Sainte-Catherine, ornée de boules aux couleurs de l’arc-en-ciel et du drapeau LGBT. Celle-ci devient piétonne durant les beaux jours, l’occasion pour nous de nous de déguster nos premières bières en terre québécoise et de découvrir les fameux panneaux « Apportez votre vin ». En effet, les taxes sur l’alcool très élevées et le droit de vendre de l’alcool dans les restaurants ou sur les terrasses l’étant tout autant, nombreux sont les bars et restaurants qui ne demandent pas de patente et proposent à leur clients d’amener leur propre bouteille de vin ou de bière.

Rue Ste-Catherine à Montréal, dans le quartier gay du Village
Enseigne "Apportez votre vin" vue à Montréal

Lors d’un séjour à Montréal, le passage au parc de Mont-Royal est presque obligatoire. En effet, il offre une vue imprenable sur la ville, surtout lorsque le soleil se couche. On peut aussi y apercevoir des centaines d’écureuils, comme dans tous les parcs de Montréal. Ca change des pigeons et c’est bien plus chouette !  Et avec un tout petit peu de chance, on peut même croiser le chemin de ratons-laveurs en quête de nourriture humaine !

Raton-laveur dans le parc de Mont-Royal à Montréal
Raton-laveur dans le parc de Mont-royal à Montréal
Écureuil dans le parc de Mont-royal à Montréal
Skyline de Montréal vue depuis le parc de Mont-Royal

L’Île Sainte-Hélène se trouve au sud de Montréal. C’est sur cette île qu’avait eu lieu l’exposition universelle de 1967. En plus d’offrir de nombreuses activités pour les Montréalais (musées, concerts, festivals, parcs…), elle offre une vue imprenable sur le centre de Montréal et sur le pont Jacques-Cartier.

Skyline de Montréal depuis l'Ile de Ste-Hélène
Pont Jacques-Cartier illuminé à Montréal
Skyline de Montréal depuis l'Ile de Ste-Hélène

Retrouvez tout bientôt notre prochain article où on vous présentera Paquito, notre nouvelle maison 🙂